Comment rater vos descriptions de produit en tant que rédacteur web ?

Mis à jour : avr. 27

Bonjour à toutes et à tous,


Je m’appelle Ludwig, francophone de Belgique vivant à Londres. En tant que copywriter, traducteur et rédacteur web, j’écris en français pour des marques de domaines variés. Chaque jour, ce métier m’apprend à le faire mieux… y compris en repérant comment le faire mal.


Avec ce blog aux allures de labo, j’aspire à partager mon expérience, à vous aider dans la vôtre, et surtout, à continuer à découvrir d'autres facettes du métier : c'est un appel du pied pour que vous réagissiez, au cas où ! Trêve de blablas , entrons dans le vif du sujet :


Comment rater votre description d’article en ligne ?


J’ai écrit des centaines de fiches produit en français pour une marque d'accessoires de mode et de matériel pour loisirs créatifs : écrire sur une palette d’articles aussi large m’a permis de découvrir de nombreux secrets dont trois erreurs courantes à éviter systématiquement pour une description de produit efficace. Si par contre, vous avez décidé de remettre à votre client une copie qui ne servira qu'à meubler son site, suivez-les scrupuleusement.




1) Décrivez un produit que vous ne voyez pas


Vous seriez abasourdi.e de constater à quel point il arrive souvent que les rédacteurs vantent les mérites d’un produit qu’ils ne visualisent pas. En fait, il s’agit même d’une pratique courante sur les plateformes de rédaction (vous savez, ces sites où des rédacteurs professionnels - souvent autoproclamés - écrivent du contenu pour des commanditaires variés). La plupart du temps, inutile de dire que les rédacteurs y sont payés des cacahuètes, et tenus de passer 1 heure sur dieu-Google pour essayer de comprendre à quoi peut bien servir ce **** de filtre pour spa dont on leur demande de parler comme un expert. La seule expérience que vous parviendrez à vous forger en acceptant ce type de commande est celle de l'esclavagisme moderne. Plus délicat, vous pourriez même y laisser votre confiance en vous et en votre plume en ne fournissant pas les résultats attendus à votre client.

Décrire un produit, c’est démontrer au lecteur le problème qu’il résout. Comment voulez-vous y parvenir si vous n’en avez vous-même aucune idée ? Privilégiez les sujets que vous maîtrisez un minimum, ou demandez des explications au commanditaire de votre texte.

Si celui-ci vous ignore et que son briefing se limite à « Google it ! », refusez la mission. Vous économiserez un temps et une énergie précieux. (écrivez plutôt pour votre blog ou allez vous promener : vos yeux vous remercieront).


2) Abusez des superlatifs


Imaginez la situation : c’est samedi, et vous faites le ménage avec la télévision en bruit de fond. « Comment ai-je pu vivre avant BROSS’MAGIC ? » ou « Waaaaw, j’ai perdu 34 kilos en une semaine » ? Après une heure à ce régime (appréciez la transition), vous réalisez que votre migraine naissante est directement liée aux suppliques stridentes du télé-achat en arrière-plan.

L’irritation croissante causée par la voix implorante et exagérément enjouée des animateurs du Teleshopping est exactement la même que celle provoquée par l’abus de superlatifs sur le net. La seule différence, c’est que les internautes ne laisseront jamais votre message bruyant les agacer longtemps.


Le contenu bruyant ne VEND PLUS !


La plupart du temps, une annonce surchargée de promesses irréalistes guidera vos visiteurs vers la petite croix la plus proche, ouvrant le champ de tous les possibles à vos concurrents.

Soyez autre chose qu’un rédacteur-harceleur de plus, démarquez-vous des boutons d’action vides de sens et bannissez les textes publicitaires qui utilisent des clichés irritants. Sortez du lot en allant à l’essentiel, et restez crédible depuis la première majuscule jusqu’au dernier point final (qui, soit dit en passant, n’est pas DU TOUT obligée d’être un trio de points d’exclamation).

Dans le blog Oberlo, Nicole Martins Ferreira met en évidence quelques mots à ne jamais utiliser pour décrire un article. Pourquoi pensez-vous qu’elle déconseille d’utiliser les équivalents anglais de ‘hallucinant, ‘ultime’ et autres ‘à couper le souffle’ ? Tout simplement parce que tout le monde en a marre de les lire ! Personne ne croira qu’un collier en plastique à 5 euros est le bijou ultime. Par contre, on appréciera de savoir que son coloris violet habillera joliment une petite robe noire pour booster un look à bas prix. Compris ?

Rester honnête et réaliste ne vous empêche pas d’être enthousiaste et créatif. Il n'y a aucun mal à proposer une culotte en coton basique dans votre webshop, mais n’allez pas essayer de faire croire que celle-ci est « encore plus agréable que de la soie ». Si les gens veulent de la soie, ils achèteront de la soie, point.


3) Négligez l’orthographe et ne vous relisez pas… jamais !


Je ne vous en avais pas encore parlé, mais je suis aussi traducteur et relecteur pour une société de vente de vêtements de luxe en ligne. Chaque jour, je traduis, je suis relu par d’autres rédacteurs et je relis moi-même leurs textes. Croyez-moi, les donneurs de leçon les plus expérimentés dans ce domaine commettent eux aussi leur petit quota de fautes au quotidien. La langue française, bien que d’une richesse jalousée, est truffée de pièges dans lesquels il est extrêmement facile de tomber. Si vous voulez vous donner toutes les chances de présenter une mauvaise copie, ne vous relisez surtout pas, et restez sur vos acquis.


Avec l’expérience, j’ai appris à vérifier SYSTEMATIQUEMENT le moindre doute sur la page du Larousse (www.larousse.fr) : vous seriez surpris.e de la quantité de mots mal utilisés dans des textes qui ont pignon sur web. Je tâche toujours également de laisser reposer une traduction pendant quelques minutes avant de la valider : ça me permet d’y revenir avec un œil neuf, équivalent à celui que j’ai quand je corrige les textes de mes collègues.


Il est toujours plus facile de repérer les fautes chez les autres. Vantez vos qualités de relecteur auprès de votre réseau et proposez-lui votre aide ! D’ailleurs, je vous lance une invitation : si vous êtes dans le domaine, rendons-nous service en relisant nos textes respectivement. Si l’idée vous plaît, contactez-moi !


En conclusion


Au moment d'écrire une description convaincante, vous mettrez toutes les chances de votre côté si :


1) vous comprenez de quoi vous parlez, et avez un minimum d’envie de le transmettre;


2) vous considérez votre lectorat comme suffisamment intelligent en évitant les mots poussifs et usés;


3) vous accordez une importance capitale à votre orthographe : c’est votre carte de visite et la première forme de respect pour votre client.

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions, commentaires, remarques, méthodes, et si vous avez aimé cet article, partagez-le sur vos réseaux sociaux (grâce au bouton du haut).


Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel article !